Visite d'une fabrique de glaces

Waterbury

Waterbury, notre fabrique historique de glaces dans le Vermont a récemment accueilli un journaliste de CNET. Ce geek effectue actuellement un road trip sur la côte Est des États-Unis, à la recherche d'endroits bardés de technologie, d'innovation, et de bizarRe & Développement…

Son road trip nous en dit notamment plus sur les activités du célèbre MIT, sur le sous-marin le plus évolué du moment, ou sur la chaine de production de Harley Davidson, ou comment est géré un stade de baseball. Autant vous dire que nos confrères américains étaient flattés que Daniel Terdiman, le capitaine de cette épopée, s'arrête visiter leur simple fabrique de "glaces qui rendent les gens heureux" (selon Daniel :)

Des ingrédients à l'usine Ben & Jerry's photo cc Steve Fadden

Laisser un journaliste "enquêter" chez soi est aussi un bon moyen d'en savoir plus sur la maison, et de mettre en perspective quelques données… étonnantes :

À Waterbury, seulement 2 parfums sont préparés en même temps. Les autres glaces attendent sagement leur tour. Chacune de nos stars est sur scène entre 16h et 48h de suite, avec un cycle moyen de 24h en général.

Imaginez combien de glaces sont produites en 24h… L'usine de St. Albans, la grande sœur de Waterbury, en confectionne 250 000 par jour !

(Les glaces vendues en Europe sont quant à elles produites à Hellendoorn, aux Pays-Bas)

À la fin de chaque cycle, la chaine de production est entièrement nettoyée pendant 6h afin d'éliminer toutes les traces de noix. Ce qui nous permet de bien dissocier les glaces avec ou sans noix, et être "friendly" avec les allergiques !

Daniel en a également appris plus sur les différentes températures de nos crèmes glacées au cours de leur fabrication. À un moment, la glace est refroidie de 2°C à -5°C avant d'inclure les morceaux de cookies, de chocolat, de biscuits. Si elle était laissée à 2°C, les morceaux absorberaient l'humidité de la crème, et ils deviendraient trop mous. Une fois le mélange fait, la glace passe à -40°C avant d'être mise en pot.

Cependant, ce journaliste geek a été étonné par la simplicité du processus, en dehors de quelques machines servant à inclure les morceaux ou la pâte, qu'il ne pouvait pas prendre en photo, pour cause de secret défense ;) Et oui, en dehors de la chaîne du froid, et meilleurs ingrédients approvisionnés de la meilleure façon possible, ce n'est pas sorcier !

Daniel a aussi été agréablement surpris par la gestion des déchets, dont une grande partie finit en compost. L'eau pleine de crème finit dans un lagon à proximité de l'usine. La crème est extraite progressivement, et ré-utilisée plus tard par des fermiers. L'eau ainsi épurée peut rejoindre les canalisations. Et il parait même qu'une famille de canards vit dans cet étang très onctueux ;). Je reviendrai plus en détail sur la gestion des déchets de nos fabriques de glaces dans un article à venir.

Pour les curieux anglophones, l'article complet est consultable en ligne.

Tout cela me donne envie d'un petit séjour dans le Vermont… affaire à suivre j'espère :)