Pour une grève des néons la nuit ?

"Eteins la lumière, c'est pas Versailles ici !"

Dernièrement, j'ai rencontré Tomä, un jeune fou lui aussi préoccupé par le réchauffement climatique et les économies d'énergie.

Afin d'allier son mode de vie urbain, ses passions pour la photo et le web, Tomä a créé le projet use the fuse. Le fuse est ici le boitier "interpompier", placé obligatoirement en façade des boutiques. Cet interrupteur - haut perché tout de même - permet aux pompiers d'éteindre les enseignes lumineuses en cas d'urgence.

boitiers interpompier

Tomä est en quelque sorte un pompier du néon, veillant à ce que la facture énergétique ne s'enflamme pas... Voici ce que cela donne en pratique :

Enseignes restaurant

Et vous, vous êtes plutôt jackass ou diplomate ?

Sur use the fuse, les internautes sont invités à en faire de même, et à envoyer leur photo "avant / après".

Pour autant, je ne suis pas sûr que la démarche soit totalement licite. Et quoiqu'on en dise, cela a probablement un impact commercial pour la boutique.

Selon le clan du néon - un projet analogue - personne n'a jamais été verbalisé pour avoir éteint la vitrine de la banque du coin. Cependant je ne vous recommanderais pas de débrancher tous les néons du quartier, vous risqueriez de vous faire bobo : les boitiers sont placés en hauteur, et ils ne sont pas utilisés tous les jours non plus (attention aux 10 000 volts !). Et puis, pourquoi ne pas plutôt papoter avec les commerçants du quartier et tenter de les convaincre d'éteindre les spots lorsqu'ils ferment la boutique ?

Les glaçons, quant à eux, se cachent pour dormir

À priori, aucun risque du côté de nos "boutiques concept" (Rivoli, Rue du four et Val d'Europe). Selon Benjamin, infatigable arpenteur de notre réseau :

"Toutes nos enseignes sont bien éteintes la nuit. À 100%. Si quelqu'un en trouve une d'allumée, je lui offre 1 pot 500ml. Avec mes propres sous !"

N'hésitez pas à nous signaler s'il se trompe. Et si vous le ruinez, ne vous en faites pas, ce sera pour la bonne cause !